Logo5012 3

Denize

102294636 3302051016473388 706415859379588673 o 1

Fabrice balester couverture survivre

Kelher

Image4b

Dom2

Extinction21

Dub14 janv

Vip3

Balbontrait

Sans titre 4

L homme assis

Sans titre 3

48281529 1295470863928300 7171258335230951424 n

Dub14 janv

Pentrait

Vip3

Extinction21

Colsn trait

Dorsan

Fardeau72

 

 

 

 

 

 

 

"SURVIVRE "

Extrait :

« La lumière crue des néons est aveuglante et je mets de longues secondes à m’y acclimater. Au bout de « la voix », il y a un homme en guenilles. Il se trouve en face de moi, à une bonne vingtaine de mètres, enchaîné lui aussi. Ma vision se fait plus précise et je constate que nous sommes tous les deux dans une sorte de hangar. Une odeur de pourriture y règne en maître. Soudain, elle me rappelle l’haleine de bête puante du chauffeur de taxi. Et la pression brutale des mains sur mon corps… »

Bonus : Une nuit carnivore (nouvelle).

 

"DE L'ENCRE DANS LES VEINES "

en souscription ...

Extrait :

Réveil difficile. Aucune envie d’écrire ni de lire. Se rendre au café pour y aider Monique, la patronne, à finir ses phrases, ne te tente pas davantage. Écrire ne t’aura pas été tout à fait inutile. Tu as développé un sens de la formule qui te permet de te placer en appui lorsque la pensée de Monique balbutie et qu’elle se tourne vers toi dans l'espoir que tu lui souffles les mots qui lui échap-pent comme des truites vicieuses. Par ce soutien discret, tu remets de l’ordre dans les approximations verbales aggravées par la consommation d’alcool et contribues à l’amélioration des rapports au sein du bar, jusqu’à ce que tu te délites à ton tour, sous l’œil effaré de Monique qui, bien qu’un peu déçue par ton attitude, demeure fidèle à votre alliance tacite et précise alors à son tour tes propos hésitants.

Tes participations aux concours littéraires n’étant jamais récom-pensées, tu as revu tes ambitions à la baisse en postulant à des concours de troisième zone pour lesquels tu as décroché le deu-xième prix de la ville de Le Cloître Saint-Thégonnec. Endimanché comme un communiant et empreint d’une certaine solennité, tu t’es rendu au Cloître où, en récompense, on t'a remis cinquante exemplaires d’un recueil dans lequel figure ta nouvelle, Le loup, l’eau et la laveuse, une fable moderne un tantinet lubrique…


 QUANTIQUE D'UN PETIT POIS

 ALICE KEHLER

Il était une fois une mouflette qui avait oublié d’être bête… Suite à une « Loose familiale ancestrale » historique et indépendante de sa volonté, la petite Eva Winter se voit propulser dans une série de péripéties rocambolesques qui tiennent plus d’un scénario à la Audiard que des Malheurs de Sophie.

« Il ne faut pas prendre les enfants du Bon Dieu pour des canards sauvages… », le vieil adage prend tout son sens dans ce roman où la jeune héroïne, accroc aux chiffres et à tout ce qui se mange, affronte d’une manière cartésienne, comique et surréaliste, un monde plein d’avenir, un monde où l’homme n’a pas encore marché sur la Lune. Pour ne rien arranger à ses affaires, son enfance se passe dans un minuscule quartier dépendant d’un lieu propice à toutes les divagations : un hôpital psychiatrique « nouvelle génération » géré façon parc d’attractions.

L’histoire drôle et émouvante, écrite dans un style vif et personnel, nous plonge dans ces années soixante peuplées de pschitt orange, de roudoudous et de mamans Mode et Travaux en route pour leur émancipation…

Filledu4

Bat couvpartthenogenese10002 1

Feu3

Dana

Chloe vies

Coulbeauxb

Miquel4

Leobetticom 1

Guevllou13

Elephant

Extinctionpng

Carbocci3com

Sanchez2com

Feu3

Chaos

Hippo com

Helio

Tan2 com

Com

LES SÉCRÉTIONS INDIGNES  / LUC EYRAUD

Le mort-assis

   C’était un Dimanche, un Dimanche de Novembre, juste avant midi. Le téléphone qui hurle : c’était elle. Comme elle appelait jamais, sans qu’elle rajoute un mot j’ai compris qu’il était mort.  Pourquoi aurait-elle appelé sinon ?

 On s’est décidés à faire la route l’après-midi. Juste pris un sac de vêtements de rechange, de toute façon l’incinération aurait lieu dans huit jours ! Pas avant ! Pourquoi ? J’en sais rien ! Je suppose que de nos jours on incinère les corps quand on a la certitude que le cadavre n’a pas été empoisonné ou n’est pas trépassé d’une mort suspecte. Clément E Est mort ! Bien ! Madame E pour le carboniser nous allons attendre quelques jours. Pourquoi ? C’est la règle, c’est tout ! Ou bien y avait-il à cette période hivernale une recrudescence de cadavres ? C’est possible. Certainement probable. Certainement plus probable que le fait qu’on autopsie systématiquement tous les corps d’un crematorium afin de repérer la cause non naturelle d’un décès. Sur la route les souvenirs revenaient, c’est logique aussi : un mort vous appelle à des souvenirs communs. En général. On se resitue par rapport à la date, déjà. Juste avant.

  •  Non, un peu après.
  • Tu plaisantes ? C’était bien avant, quelques années même.
  •  Tu en es sûre ?
  •  Oui, certaine.

      Trait

 

Untitled

Grassrevu

Fugues21

Kelher

Sonzotrait

Pas depleurs1

Mill25

 

L homme assis

Mac trait

Meurtres au club

RacinesBlanche

Artiste

Vip3

TagadaBelvbisCauda couv essaipetit 2

Melody

 

 

Inno2LmavRouleuaxSurvDesinc9782955851982 1Plarouge433px pelliotcave7 1DelphiLsda valery moletLe gRondette der noireTodso

Traitguenez

Guetaff

Mw

 

 

 

Lcds22bis12anstraits

Dj4

Sec8Onfqm

Sh

DilapidMakina1

Surv

Bertrand

 

 

Boire

 

Amazones

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ailesec

 

 

 

 

 

 

 

Lsda

Vent

Img 1806