Logo5012 2

 Votre panier est vide  Votre compte

LES CENDRES DU PÈRE

UN ROMAN DE MARCO CARBOCCI pré ventes prolongées jusqu'au 25 août 2019

Plus d'informations

Réduction 22,00€ 18,70€ TTC soit 3,30€ de remise

Gagnez 2 points fidélité en ajoutant ce produit à votre commande.

État du produit : Neuf

Carb23

RELIÉ 320 PAGES

ISBN 9782378390877

PRIX PUBLIC 22,00 EUROS

remise de 15 % jusqu'au 25 juillet 2019

18,70 euros + FRAIS DE PORT

 

   LES CENDRES DU PÈRE

                  de MARCO CARBOCCI

Un homme ramène les cendres de son père en Toscane, dans ce village perché sur la colline, qui fut autrefois capitale des Étrusques et n’est aujourd’hui qu’un hameau vidé de ses derniers habitants. Peut-être n’est-il plus possible de vivre sur la colline, constatera-t-il. Peut-être d’ailleurs n’est-il plus possible de vivre non plus en Toscane ou dans toute l’Italie. Résolu cependant à y interroger ses racines, il se souviendra des récits que son père lui faisait lorsqu’il était enfant.

Et son père lui dira de nouveau, affectant tantôt de la désinvolture, tantôt de la gravité, son expertise du vieux siècle passé : l’époque fasciste et son arbitraire, l’après-guerre et l’exode rural, l’engagement révolutionnaire et l’émigration. Il lui racontera la précarité d’une vie, d’un monde où tout est à la fois effort et renoncement, répétition et changement. Il lui lèguera enfin l’exigence de conserver intacte la faculté de questionner tous les possibles.

Que reste-t-il de cette expertise ? Non de la nostalgie, mais la conscience que tout se démêle toujours entre le progrès et la tradition, l’identité et le déracinement, l’utopie et le quotidien. Et puis, au terme de ce périple, la conviction que, tant que l’on se souvient, il n’existe pas d’ancien et de nouveau, de vivant et de mort, de moderne et de périmé : il y a ce qui est éternel et ce qui ne fait que passer.

 

 

 

B bruxelles rue jules besme moi all mods con 08MARCO CARBOCCI

Philologue de formation, Marco Carbocci a vécu à Bruxelles et à Paris, mais a gardé le cœur, l’imaginaire et quelques projets d’avenir dans sa Toscane d’origine. Aîné d’une famille nombreuse, il a été professeur de lettres et de latin, photographe, chroniqueur littéraire et politique, éditorialiste, guide et traducteur dans un musée étrusque, manœuvre, enfin auteur d’essais et de romans. Il appréhende l’écriture, non comme une nécessité, mais comme une condition. Non comme un art, mais comme un engagement : de la sueur et de l’émotion. Après un séjour assez long auprès des Amérindiens du Québec, il a jugé pertinent de mettre un terme à son activité de journaliste et a résolu de se consacrer exclusivement à l’écriture de fiction : la tête en fuite, inventant des histoires qui parlent de choses vécues ou de choses qu’il aurait aimé vivre, dire ou faire si la vie était un pow wow indien.

Biblio :

Sur les épaules du Fleuve (roman), aux Éditions du Héron.

Les Barbelés de la Honte (essai), aux éditions Luc Pire.

Molenbeek, Autopsie d’une mythologie commode (essai), aux éditions Balland.