Logo5012 2

 Votre panier est vide  Votre compte

LA PARTHÉNOGENÈSE

un roman de Anne-Laure Julien en pré ventes jusqu'au 24 Juin 2019

Plus d'informations

22,00€ TTC

Gagnez 2 points fidélité en ajoutant ce produit à votre commande.

État du produit : Neuf

Fournisseur : La P'tite Hélène Éditions

Fabricant : Bookpress.euro

Sans titre 5

  Broché 280 pages

ISBN 9782378390761

Prix public 22,00 euros

prix pré-ventes remisé de 15 %

18,70 euros

 

        LA PARTHÉNOGENÈSE

                                       ANNE-LAURE JULIEN

 

Parthénogenèse (nom féminin, du grec parthenos, vierge) : reproduction sans intervention d’un mâle dans une espèce (Larousse).

Si vous tombez toujours amoureuse des hommes mariés ou des psychopathes, si votre belle-mère est un dragon, si vos enfants vous reprochent d'être une mauvaise mère, si votre meilleure amie s'apprête à épouser un pervers manipulateur, venez retrouver Sophie en pleine canicule de 2003. Le temps d’un été, au travers de 27 chapitres qui sont autant de portraits, vous découvrirez la vie de cette jeune mère célibataire, sa famille en patchwork, ses amies, ses amants.

En ce début de vingt-et-unième siècle, vous croiserez aussi les dernières cabines téléphoniques, des vieux qui comptent en anciens francs, une 4L brinquebalante, un monospace chargé à bloc de meubles Ikea, un enterrement dans une campagne en cours de désertification qui perd ses petits commerces et ses curés, sans oublier un élevage de phasmes.

Les phasmes sont des insectes qui se reproduisent par parthénogenèse et ne donnent ainsi naissance qu’à des femelles.

Aljulien 2  

            ANNE-LAURE JULIEN

« Prof de math en classe prépa, on peut imaginer que je me tenais bien tranquille à l’écart du monde de la littérature ; je ne fréquentais les livres que pour les consommer. J’ai écrit cet unique roman à 45 ans pour me divertir, me défouler, me consoler, à la suite de déboires relevant du harcèlement moral. D'habitude, je soigne mes états d'âmes en jardinant ou en repeignant ma maison mais cette fois-ci ça ne s’avérait plus suffisant… »