Bandeau

 Votre panier est vide  Votre compte

PLAGIATS de Luc Eyraud

Plagiats Luc Eyraud Nouvelles ISBN 978-2-9558519-1-3

Plus d'informations

Disponibilité : En stock, livraison en 24h

16,00€ TTC

Dont Eco-taxe : 1,00€

Gagnez 2 points fidélité en ajoutant ce produit à votre commande.

État du produit : Neuf

Fournisseur : Editions la petite helene

Fabricant : Bookpress.euro

 

« C’est bien connu les écrivains connus vivent exclusivement à Paris, St Germain des Prés ou Rueil-Malmaison ou peut-être la Celle St Cloud mais pas plus loin, seulement là où vivent d’autres écrivains connus comme eux. Je vais le choyer mon écrivain connu, le cajoler dans mon appartement, mettre ses livres autographiés sous verre, les faire encadrer après m’en être réservé la première lecture. Il aura sa place prés de la porte de la cuisine de temps en temps je le laisserai très certainement grimper sur mes genoux, ou sur le plaid du canapé du salon. Ma femme râlera, me dira que ce n’est pas la place d’un écrivain connu, qu’il va encore mettre des poils de partout, que ce n’est pas moi on le voit bien qui fait le ménage et doit brosser les tapis tous les jours, qu’à force avec ça, je l’emmerde et que si ça continue elle retournera peut-être bien habiter chez sa sœur dans le Lubéron. Mais je ne céderai pas, non à ce chantage vulgaire, Eric Bénier-Bürckel et moi nous sortirons faire un tour dans la rue, histoire de détendre un peu l’atmosphère, nous irons au bar du coin où il attendra sagement que je finisse d’avaler ma dernière pression et nous rentrerons quand elle se sera endormie. Un écrivain vit la nuit alors pensez donc deux réunis. Un connu et un usurpateur ! »

 

Mais ceux sont les lecteurs  qui en parlent certainement le mieux  après six mois de parution,  de campagne de diffusion sur le net, et de commandes fermes  via le site   :

 

Michelle Ronin Je viens de finir "Plagiats". Luc Eyraud excelle dans les portraits satiriques. Je ne suis toujours pas remise de ceux de B.H.L, A. Dombasle et A. Sinclair. Truculent, gouailleur, inventeur de sa propre langue (néologismes inattendus, ou associations de mots hilarantes, incongrues). Rabelais contemporain se laissant griser par les mots et sans pitié pour le petit monde des Lettres. La première nouvelle en revanche est d'une tout autre inspiration sur fond historique tragique ( suicide de la famille Goebbels). Elle me laisse perplexe 

 

«  Bonjour Luc. J’ai beaucoup aimé votre nouvelle « L’Usurpateur » C’est cynique, c’est drôle, c’est intrigant !  En un mot, j’ai adoré »  Déborah

 

Nadine Ghigo-Hié : Ça vie, ça hurle , ça sent la sueur le sang l’ amour ….   il y a un peu de Bukowsky dans ton style , très vivant bravo !

 ‪Michelle Ronin Style en forme de coup de poing !!! Je vous découvre depuis quelque temps, avec précaution… Vous me rappelez Céline entre autres...Mais vous ne devez pas être du genre à aimer les ombres tutélaires ! Tout cela me bouscule fort. Heureusement, j'ai l'habitude de tout lire. Tout découvrir ! J'attends la suite. Pour l'instant, je reconnais que vous "pétrissez" la langue française avec talent ! Et la satire est féroce !

‪Daniel Stéveniers Décidement c'est toujours le même nom qui me revient en très positif boomerang sur le champs de tire par la queue de comète de la littérature ; CELINE... !

Ghislaine Niel Richard :
 Ca y est je l’ai lu ! Quelle écriture, quel imaginaire ! J‘ai adoré...
Pour tout t'avouer je l’avais commencé dès réception et je me suis régalée tout de suite ...par ton style notamment.
 Mais à la page 33 blocage.. Va savoir pourquoi.. Kiev.. ? Vraisemblablement! J'ai préféré faire un break, attendre, car je savais que j y retournerais ! Tu as bcp de talent Luc .. Je vais en parler à mon libraire d Antibes ! Car je suis de retour dans le sud

Plarouge

boutique

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau